Lucien Zumofen, à la lumière de sa liberté

A la légèreté et la souplesse de ses gestes s’associe un physique musclé, merveilleux instrument du message artistique et de l’expression de ses sentiments. Lorsqu’il danse, Lucien Zumofen s’évade dans l’espace qu’il embellit, suit les courbes et lignes de son instinct, transmet les émotions qui l’habitent. Par ce léger ballet des sens, il esquisse les contours éphémères de la liberté à laquelle il aspire. Danseur indépendant, il vit sa passion sur scène, mais également en tant que professeur, chorégraphe et directeur de la Luz’ compagnie.  

« Luz’ » contient ses initiales et le feu qui habite son cœur : « Je crois que cela veut dire lumière en espagnol, non ? » sourit Lucien, en évoquant la compagnie qu’il vient de monter en septembre dernier. « C’est une manière de donner un cadre et une visibilité à l’ensemble de mes activités. » Mise en lumière, cette évidence qui se voit chez lui : Lucien rayonne de la puissance d’une passion qui lui permet depuis sa jeunesse d’exprimer ses sentiments : « J’aime certes le fait de me dépenser physiquement, de me sentir en accord avec mon corps, mais surtout le fait de transmettre une émotion, de faire bouger intérieurement celui qui reçoit le message. Quel que soit la nature du retour que le public peut me faire après un spectacle, j’aime les remarques, les félicitations, entendre que cela leur a fait quelque chose. »

L’effort au service de l’émotion 

Confirmation: cela fait effectivement quelque chose de voir danser Lucien Zumofen. Quelques pas sur le sentier du Parcours Vita de Martigny-Croix en guise d’échauffement succint, des bribes de paroles échangées pour mise en bouche et le voilà qui parvient à faire converger tout son attention en lui-même, comme s’il aspirait les molécules ambiantes pour s’imprégner de cet environnement à peine découvert… Musique choisie, connexion avec son être et les éléments : Lucien élance ses membres gracieusement dans l’air chaud de cet espace naturel qui découvre après les foulées métronomées des coureurs, ceux aériens, arythmiques et précis du jeune homme. L’atmosphère se découpe, se reconstruit, se pare de formes géométriques invisibles : Lucien nous danse sa liberté, au rythme de son instinct, de cette évasion quasi spirituelle qui lui fait dire lorsqu’on évoque son art : « Il faut laisser aller son instinct, ne pas trop réfléchir, lâcher prise, ne plus exécuter des mouvements…il faut juste danser. »

Romy Moret 

Projets futurs

Danseur moderne formé en classique, Lucien Zumofen multiplie les talents qu’il fait converger vers sa grande passion, la danse. Le jeune homme né en 1994 originaire de Vercorin, installé à Martigny, mais qui se déplace au gré des projets auxquels il participe, donne des cours à la Compagnie Arabesque à Sion et a fondé la compagnie Luz’ l’année dernière. Il participera, si les conditions sanitaires le permettent, au prochain spectacle de la Compagnie Néo cet été à Emosson. « Avec ce projet, je vais sortir un peu de ma zone de confort, car je vais devoir faire des acrobaties ! Mon style est difficile à définir. J’aime qu’il y ait toujours des formes, des lignes : ça continue de me parler, même si certains diront que c’est démodé. Je dirais que j’ai une manière plutôt moderne que contemporaine de construire les chorégraphies. Je suis plus dans la construction que la déconstruction. » Positif, ouvert et tolérant, Lucien se réjouit d’apporter sa contribution à d’autres projets qui pourraient lui être proposés.

Suivez les activités de Lucien Zumofen sur Facebook : https://m.facebook.com/lucien.danseur/?ref=bookmarks et Instagram : @lucien_zumofen

LuZ’Compagnie : http://www.luz-compagnie.webnode.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *