Vacances de « rêve » pour la Combédie!

Le groupe théâtral la Combédie est en vacances dès le vendredi 31 janvier à la salle de l’Eau-Vive. Mais leurs vacances ne sont pas de tout repos: vous le découvrirez grâce à une comédie-vaudeville bien ficelée autour d’une série de catastrophes mises en scène par Catherine Grand, metteur en scène professionnelle qui aime travailler avec les comédiens de la troupe, tous très réceptifs à ses directives.

« Nous avons lu énormément de pièces, puis le comité de lecture a tranché en faveur de cette comédie. Le choix final toutefois me revient, car il faut que la lecture évoque en moi des images, des idées. » Si la pièce doit « parler » à la metteur en scène Catherine Grand, elle doit également convenir aux comédiens : « La plus grande difficulté réside dans le fait que la pièce doit s’adapter à tout le monde : je choisis en fonction de la distribution envisageable. C’est ce qui entérine vraiment la décision. » Pour les années à venir, la Combédie envisage toutefois de choisir d’abord la pièce, puis de trouver les comédiens adéquats : « Afin d’éviter de passer à côté de pièces remarquables, de ne pas se fermer de portes. »

Devant, sur le canapé, de gauche à droite : Marie-Jeanne Delaloye, Christelle Amendola, Anne-Françoise Boisset. Milieu : Cristel Balduchelli, Carmen Viglino. Derrière : Claude Clerc, Patrice Morard, Nicolas Dorsaz.

Un texte drôle et « finaud »

« Je trouve la pièce très drôle », commente Catherine :  « Elle contient un comique de situation, il y a passablement d’entrées-sorties qui créent du mouvement, même si intrinsèquement la pièce contient déjà une certaine dynamique qui facilite la vie aux comédiens. C’est un bon support comique de fond, qui est déjà là. » Autre qualité de la pièce, l’écriture : « Le texte est très bien écrit : il est drôle tout en restant léger et fin. Je rajouterais subtil, mais pas au sens intellectuel du terme, cela reste accessible à tout le monde. Les quiproquos rentrent en ligne tout le temps tenant en haleine les spectateurs. D’ailleurs, les rebondissements traversent la pièce jusqu’à la dernière réplique ! » 

La technique du mille-feuilles 

A la question de savoir quelle est la principale dificulté du rôle de metteur en scène, le président Claude Clerc répond d’emblée : «  Nous, les comédiens ! » Amusée, Catherine rajoute qu’il faut surtout « parvenir à une cohésion globale, tout en préservant les individualités. Chaque rôle doit être pertinent, tout comme l’ensemble. Je me focalise sur la direction des acteurs, moins sur le décor. J’aime bien aussi travailler de manière équivalente tous les passages de la pièce, sans laisser de côté certains passages. Je travaille ainsi par multi-couches : une première ébauche, ensuite les personnages, puis les relations entre les personnages, sans jamais perdre de vue les couches sous-jacentes. C’est un mille-feuilles en fait ! » Expression qui réjouit la comédienne Marie-Jeanne Delaloye, qui du coup rajoute…une couche: « On aura la crème lors des représentations! »

Des amateurs très « pro »

Ayant œuvré pendant dix ans dans une compagnie de danse à Lausanne, Catherine Grand ( qui est aussi comédienne et qui monte actuellement un projet d’opérette) travaille principalement avec la Compagnie Spectacle Expo à Lausanne qui a une vingtaine de spectacles à son actif avec des comédiens professionnels. « J’arrive très bien à fonctionner aussi avec les amateurs ou les enfants. Une large palette d’activités permet de nourrir mon travail, de l’enrichir, de le rendre interdépendant. » Avec les comédiens de la Combédie, Catherine entretient des relations de longue date : « La première mise en scène que j’ai faite avec eux remonte à 25 ans. » Au contact de Catherine, la troupe a beaucoup évolué : « On stagnait, on était monocordes, on était de tout petits amateurs », se souvient Claude Clerc. « Elle nous a permis de nous remettre en question, de casser nos schémas habituels. Nous avons l’impression de réapprendre le théâtre. De plus, avec elle nous sommes tous au même niveau, il n’y a pas de favoritisme. Elle nous fait progresser de manière stricte et juste. Sur scène, nous avons tous de la joie, du plaisir à jouer. »

Rajeunir la troupe

Le défi de la Combédie pour l’année prochaine sera de renouveler ses troupes : «  Nous sommes beaucoup d’anciens, il s’agira de trouver des jeunes afin de renouveler le stock et d’avoir à disposition un plus large panel d’âges», sourit Claude qui ajoute que l’intérêt est de pouvoir garder à long terme les comédiens au sein de la troupe. Marque de fabrique de la Combédie, les comédies : « Elles conviennent particulièrement à notre troupe qui s’est démarquée grâce à ce style », explique le président qui pense que « les gens viennent surtout nous voir pour se détendre, pour passer un bon moment. » Ainsi, la troupe part en vacances cette année pour son grand malheur : « La pièce propose un sacré imbroglio. »

Romy Moret 

Représentations: vendredi 31 janvier à 20h, samedi 1er février à 20h, dimanche 2 février à 17h, mardi 4 février à 20h, vendredi 7 février à 20h, samedi 8 février à 20h, dimanche 9 février à 17h, mercredi 12 février à 20h, vendredi 14 février à 20h, samedi 15 février à 20h, dimanche 16 février à 17h. Nouveauté cette année, une représentation supplémentaire est rajoutée au programme :  si bien que la Combédie joue « sur trois semaines » et propose un 3ème dimanche à 17h00 !
Distribution : Anne-Françoise Boisset, Claude Clerc, Patrice Morard, Nicolas Dorsaz, Marie-Jeanne Delaloye, Carmen Viglino, Christelle Amendola, Cristel Balduchelli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *