L’école de poney de l’Ecurie Michel Darioly: les enfants en selle !

Excellente première base pour apprendre à monter, les écoles de poney de l’Ecurie Darioly, l’une à Martigny, l’autre à Sion, sont gérées respectivement par Jessica Fellay et Laurence Gory. Cette dernière distille son savoir -faire aux enfants désireux d’apprendre l’équitation, à l’image des jeunes Alizée, Lorine, Linda, Vanessa et Emelyne, qui prennent la pose lors du Sion Summer Jump. 

Rencontrée lors du Sion Summer Jump, Laurence Gory a dévoilé les arcanes d’un cours de poney bien ficelé : « Il s’agit de respecter un certain protocole afin que les jeunes puissent monter en toute sécurité. » Les cours de 45 minutes permettent en effet aux enfants de se familiariser avec les différentes techniques et l’approche avec l’animal. Chaque poney appelé par son joli petit nom est préparé par les apprenties cavalières qui les connaissent bien : « Au fil du temps, les liens se créent entre les jeunes et l’animal : c’est un magnifique travail de partage, de patience et d’affection. » Directeur du manège de Martigny et du Centre équestre de Tourbillon , Michel Darioly est convaincu de la pertinence et de l’efficacité de ces cours qui s’adressent aux enfants ainsi qu’aux cavaliers de petite taille. Mises en valeur de nos jours, les écoles de poneys ne faisaient pas partie du paysage équestre de l’époque : « Elles se sont bien développées en Valais, car elles font office de base sur laquelle progresser : une bonne formation qui englobe l’enseignement de l’équitation couplé à l’aspect ludique et amical avec le poney, qui est un animal sympathique », s’enthousiasme Michel qui se réjouit que le contact avec l’animal soit remis au goût du jour : « Nous sommes devenus des citadins. A l’époque, nous avions tous des fermes à proximité de la maison qui nous permettaient de côtoyer les animaux. L’école de poney permet de réactiver ce lien essentiel. »

« Avec ce programme de concours de remplacement, mon été sera chaud. Je suis tout de même parvenu à placer une semaine de vacances dans un lieu idyllique : Derborence.

Michel Darioly

Avec un programme passablement chamboulé cet été, Michel Darioly s’est réjouit d’avoir pu organiser le Sion Summer Jump du 11 au 14 juin : « J’ai été contraint d’annuler 7 des 9 manifestations dont le mythique Jumping de Verbier. A mon grand regret et celui de beaucoup de cavaliers et de personnes. » Dynamique et fin organisateur, Michel a su toutefois rebondir en créant cinq nouveaux concours en remplacement : « Deux weekends de concours hippiques sont prévus : 2 x 4 jours au mois de juillet et août et également un concours après la semaine du Jumping National de Sion du 17 au 20 septembre. » Avec la précieuse collaboration de la Ville de Sion dont les infrastructures sont déjà en place : le paddock et les places de parc notamment : « Il est plus aisé de monter des concours à Sion à moindres frais, car évidemment cette année il sera difficile de trouver des partenaires et des sponsors. » Michel Darioly demeurera en conséquent un homme fort occupé cet été, même s’il admet avoir pu placer une semaine de vacances dans un endroit idyllique : « Je loue un chalet depuis trois ans à Derborence, lieu où tout le monde rêverait d’aller ! »

Romy Moret 

Des stages de poney sont proposés tout au long de la période estivale. Plus d’infos : https://www.ecuriedarioly.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *