Le flamenco enseigné à Martigny

 L’école de danse Alegria Flamenca propose des cours de danse flamenca tous les jeudis soirs au Centre de Loisirs et Culture de Martigny. Avec Antonio Perujo, les participants apprennent ainsi les bases du flamenco (initiation au Tango, Alegria et Liviana). Habité par cette passion, le fameux danseur et chorégraphe enseigne les principes de base de cet art qui est devenu pour lui plus qu’un mode de vie: sa vie.  

« Bien sûr que les cours sont ouverts à tous », acquiesce Antonio Perujo, à quelques minutes de débuter une classe de danse flamenca au Centre de Loisirs et Culture de Martigny. « Parfois les gens ont peur de ne pas savoir ; je leur réponds que je suis précisément là pour leur apprendre ! », sourit-il, amusé. En ce jeudi soir, une demi-douzaine de participants vont répéter ensemble ces gestes de base si importants qui leur permettront au fil du temps de présenter une petite chorégraphie. « Malgré le fait que j’aime faire passer mon savoir dans la bonne humeur, je demeure strict sur les aspects techniques. Grâce à eux, la suite de l’apprentissage devient plus efficace. » 

“Chacun s’affirme en dansant, partage avec d’autres non seulement une technique, un professeur brillant, mais aussi l’amitié, la chaleur d’apprendre ensemble, la solidarité… Être flamenca c’est danser pour soi avec les autres.”

Un art difficile, mais révélateur 

« Le flamenco est en effet un art difficile, qui demande de la rigueur, presque de l’austérité, jusqu’au jour où l’on se sent pousser des ailes sur la musique. Il nous force à affirmer qui nous sommes. Il nous révèle et nous transforme en même temps. » Belle définition du flamenco à lire sur le site web de l’école de danse, à laquelle adhère Antonio: « Cette danse peut être définie par le terme de rencontre. Elle en est le résultat.  Dans les différents ports d’Espagne, les gens se sont rencontrés au fil du temps, avec leurs chants aux origines différentes. Tous ces apports, comme un flocon devenu boule de neige, ont façonné le flamenco. » 

L’expérience permet l’expression des sentiments

« Le flamenco prend aux tripes.» Sur scène, en cours ou dans une simple discussion, les gestes accompagnent toujours les propos d’Antonio. Magnifiques supports à la parole, à l’émotion. « Quand on assiste à un spectacle de flamenco ou de danse espagnole, on se rend compte de leur caractère très expressif. Par conséquent, il est nécessaire de posséder une certaine expérience de la vie tout simplement, pour retranscrire ses émotions. Il faut avoir vécu à plusieurs reprises la tristesse pour pouvoir l’exprimer en dansant. Le danseur de flamenco arrive à maturation, au plus proche de sa vérité dans la manière d’être, aux alentours de 35-40 ans. C’est pourquoi, nous travaillons d’abord la partie technique, ensuite la partie expressive. Si l’on fait une comparaison avec le danseur classique, lorsque celui-ci finit sa carrière, le danseur de flamenco la commence.»

Romy Moret 

Les cours ont lieu tous les jeudis soirs à 18h au Centre de loisirs à Martigny. Inscriptions ici

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *