Les trois vies de Catherine

Diagnostiquée diabétique de type 1 à l’âge de sept ans, Catherine Bruchez-Roduit va dès lors devoir vivre avec cette maladie jusqu’à ce qu’elle soit greffée d’un rein et pancréas en 2002. Mais le combat n’est de loin pas terminé pour la lourtiéraine originaire de Fully qui a décidé d’écrire un livre sur son parcours incroyablement chamboulé par la maladie.

Alors qu’elle n’a que sept ans, on diagnostique un diabète de type 1 à Catherine qui va dès lors voir sa vie complètement chamboulée : « Mes rêves de petite fille ont été mis au placard. » C’est ainsi qu’elle va avoir trois vies qui donneront le nom à son ouvrage autobiographique : une enfance écourtée, une jeunesse partagée entre joie et souffrance et aujourd’hui une vie de femme greffée. « Je relate dans mon livre avec transparence, sans épargner les détails pénibles, mon parcours et mon regard sur cette maladie. Je me livre complètement, sans tabou et sans jugement, en espérant que mon expérience pourra être bénéfique à d’autres personnes. »

Catherine Bruchez a écrit un livre autobiographie, dans lequel elle livre sans tabou son parcours incroyable.

Vivre avec la maladie

Depuis toujours, Catherine vit en effet avec la maladie. Elle connaît les affres d’un mal qui la cloue au lit, la fait vomir et l’oblige à un régime alimentaire strict, au rythme de piqûres quotidiennes. Elle connaîtra les nombreux séjours en hôpitaux, psychiatriques également. Totalement imprégnée de ce mal, elle s’éloigne du réel. Suite à sa greffe, elle écrira d’ailleurs dans son livre : « À force de cogiter dans ma chambre d’hôpital, je prends conscience de certains aspects de ma vie. Je réalise soudainement qu’entre 20 et 30 ans je n’ai pas évolué comme une personne « normale ». Je n’ai pas su grandir dans le monde extérieur.Une personne qui ne l’a pas vécu ne saura pas interpréter cette sensation, tout comme je ne saurais expliquer ce qu’est le quotidien d’une personne en bonne santé. »

Repartir de zéro après la greffe

Avec l’écriture de ce livre, Catherine estime qu’elle « boucle ainsi 47 ans de vie. » Des années de souffrances, de maux physiques et mentaux qui la mèneront jusqu’à la greffe du rein et du pancréas en 2002. « Même si la greffe a bien fonctionné, il n’est pas simple de réapprendre à vivre avec des organes qui ne sont pas les tiens et d’une personne cérébralement morte. » Arrivée en fin de vie elle-même, « sans musculature, vomissant en continu », Catherine n’en pouvant plus, accueille cette greffe après une année d’attente avec soulagement, mais doit toutefois faire un travail psychologique en amont : « Au début, j’étais euphorique, puis j’ai compris que je repartais de zéro, que je devais me réajuster, rétablir les rôles de chacun. » Soutenue inconditionnellement par son mari Christophe, elle reprend une vie pleine de régalges notamment au niveau des médicaments et dans sa tête : « Être greffé n’est pas un acte anodin. Qui dit se débarrasser du diabète ne dit pas se débarrasser de tout. Je dois en effet prendre quotidiennement et à vie des médicaments vitaux pour tout greffé. Mais je me bats j’ai envie de montrer ce nouveau moi. » Ne souffrant plus de cette terrible maladie qu’est le diabète, elle doit toutefois se battre aujourd’hui continuellement avec les séquelles. 17 ans après sa greffe, Catherine a déjà gagné beaucoup de batailles. Elle fait de la marche, de la danse et confectionne des coussins en pépins de raisin qu’elle vend sur les marchés de la région : « Ma troisième vie est loin d’être terminée, j’ai encore beaucoup d’amour à donner à mes proches, beaucoup de marches à pied à effectuer et de coussins à fabriquer… »

« Malgré les aléas de la vie, regarde toujours le soleil. Il te guidera. »

La force des témoignages

A la fin de son livre, Catherine désiré laisser place aux témoignages de ses proches, qui ont ainsi pu s’exprimer sur leur propre vécu par rapport à sa maladie. Poignants, francs et empreints d’une très grande sensibilité, leurs mots donnent un relief supplémentaire à une épreuve hors du commun. Leurs écrits permettent ainsi de donner un autre point de vue sur la maladie : celui de l’entourage qui vit à sa manière, avec ses propres armes et émotions une épreuve qui touche tous les membres d’une famille, de près ou de loin.

Romy Moret

Catherine Bruchez témoignera de sa propre expérience de personne greffée lors du prochain Salon Synergie Santé qui se tiendra le dimanche 27 octobre à 11h15 à l’Espace Saint Marc au Châble. L’occasion de découvrir au travers de ses propres mots le parcours poignant et incroyablement fort de cette femme volontaire.

Mes trois vies, de Catherine Bruchez, disponible à la Librairie Baobab à Martigny, chez Payot à Sion et Nyon, au magasin de Lourtier et via le compte Facebook de Catherine Bruchez.

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *