La Boucherie du Saint Bernard: une centenaire médaillée

Lors du Concours suisse des produits du terroir qui s’est tenu à Delémont en septembre dernier, la Boucherie du Saint-Bernard à Orsières a décroché 4 médailles. Des récompenses qui rendent encore plus savoureuse cette année de jubilé: la boucherie familiale qui a aussi un point de vente à Sembrancher fête en effet ses 100 ans cette année !

100 ans d’existence pour cette boucherie familiale qui met un point d’orgue à transmettre de générations le savoir-faire traditionnel de ses ancêtres. Kilian Chambovey associé à Samuel Pellaud ont ainsi fait perdurer et grandir une entreprise qui choie sa production et son étal, ce qui lui a valu 4 médailles au Concours suisse des produits du terroir en septembre.

Kilian Chambovey et Samuel Pellaud entourent l’apprentie Camille Gabioud.

Une aventure familiale

Dans la catégorie des produits carnés, la Boucherie du Saint-Bernard a fait très fort avec quatre produits primés : la baguette de lard au fenouil a obtenu la médaille d’argent, tandis que le jambon cru, le pâté de chasse et la viande séchée ont décroché l’or. Des distinctions qui récompensent le savoir-faire centenaire de la boucherie familiale : « La boucherie Copt a été fondée en 1921 par mes arrière grand-parents, Marius et Suzanne », explique Kilian Chambovey aujourd’hui à la tête de l’entreprise avec son co-associé Samuel Pellaud. « La boucherie fut reprise par la suite par mes grand-parents Robert et Agnès. Cette dernière a tenu l’établissement longtemps encore après le décès de mon grand-père et a travaillé à la vente jusqu’à plus de 80 ans. Elle fut épaulée par son fils Jean-François qui fut patron jusqu’en 2010, date à laquelle nous avons pris les rênes avec Samuel et avons rebaptisé la boucherie en Boucherie du Saint-Bernard. » Une belle aventure familiale qui méritait bien médailles et autres délicates innovations : « Pour les 100 ans, nous avons revisité notre logo avec une ballerine qui se balance au bout d’un tomahawk de bœuf et avons acheté une vieille 2CV fourgonette de 1953 » qui permet à Samuel de ralentir le rythme et de laisser infuser ses multiples idées au rythme de 9 CV … il mijote ainsi à « cuisson lente » un nouveau projet après celui de la reprise du Relais d’Arpette : la reprise d’une petite cabane de montagne dans la région.

Une boucherie familiale centenaire : La famille Chambovey : Eveline, lisa, Jess, Evan et Kilian Chambovey ( devant), Samuel Pellaud ( derrière) avec ses fils Virgile et au volant de la 2 CV, Lucien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.