Moret Sport: l’enseigne martigneraine range skis et crampons après 38 ans !

Après 38 ans d’activité, le magasin Moret Sport spécialiste de ski et de foot tirera définitivement sa révérence au mois de juin. Les deux frangins Bruno et Yvan Moret reviennent sur la grande aventure de cette enseigne incontournable dans le monde sportif martignerain, voir valaisan, qui est en passe de franchir avec succès la ligne d’arrivée : l’heure de la retraite bien méritée a sonné !

Point de larme à l’œil mais une grande fierté pour Yvan et Bruno Moret qui vont définitivement clore la belle histoire qu’ils ont écrite à la sueur de leurs fronts de sportifs invétérés : d’abord Bruno, skieur esthète qui gravit les échelons jusqu’en cadre B de l’équipe suisse, footballeur et tennisman aussi pour le plaisir de fouler gazons et courts avec les potes et sa famille. Puis Yvan, champion de foot qui fit les beaux jours du Neuchtâel Xamax et du Martigny Sport, puis entraîneur légendaire notamment du FC Vernayaz, fan absolu de toutes les disciplines sportives que cette planète connaît. Etant donné que rien n’échappait à leurs mollets et œil avertis, ils acceptèrent ballon et skis aux pieds de reprendre Freddy Sport, l’enseigne que Freddy Karlen remettait à l’époque : je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître : c’était en 1983.

Les Vittor Tua et les Pantofola d’Oro, les deux valeurs sûres d’Yvan Moret !

Départ en fanfare !

Sportifs accomplis, ils démarrent le commerce, « à l’attaque » : bien implantés dans les différentes sociétés du coin, les frangins sont connus, appréciés. On se presse pour solliciter leurs conseils avisés à la Place de Plaisance qui accueille le magasin dans la magnifique ancienne demeure face à la belle fontaine qui trônait en lieu et place du rond-point actuel. Leur entreprise se développe, portée par les belles années durant lesquelles les commerces locaux vivaient leurs heures de gloire. « Les clients étaient nombreux, nous étions la référence. La concurrence n’était pas féroce comme elle l’est actuellement avec les grandes enseignes et le web ». Qu’à cela ne tienne, les frangins s’accrochent, poursuivent sur leur lancée : Moret Sport est l’équipementier de la quasi totalité des équipes de foot de la région, fournit et fait les skis des jeunes talents des ski-clubs régionaux, notamment la bande des Joyeux Glisseurs mise sur pied par un ski club Martignerain au sommet de son art. Les footballeurs, skieurs, tennismen, entraîneurs comme athlètes apprécient autant le service que le moment à converser avec les patrons, au magasin comme au restaurant Les Touristes, où la discussion se poursuit souvent autour d’un apéro.

Généreux et sociables

Gentillesse, générosité, talent et compétence, telles sont les principales qualités du duo familial : « Je pense que nous avons été parfois un peu larges, presque trop généreux », analyse Yvan, « mais au final c’est aussi ce qui a fait notre succès. » Savoir donner pour recevoir. Derrière la caisse à enregistreuse, tout comme en sociabilité : les frangins ne sont avares ni de sourires, ni de blagues : Bruno défie les clients sur le pluriel des noms, tandis qu’Yvan chambre les footballeurs sur leurs capacités : « J’adore leur dire qu’ils sont tous des amateurs et moi le grand Mourinho. C’est le jeu ! », sourit-il en amortissant tel un ballon tout ce qui lui passe sous la main. Un jeu que les clients recherchent, passant parfois de longues minutes qui se transforment en heures à refaire le monde du ballon rond : « Nous passions en revue les rencontres du weekend, pronostiquions les suivantes. »

Cartes et mots croisés pour Bruno, baby sitting et ski pour Yvan

Aujourd’hui, après 38 ans dans la vente, à louer et vendre des skis, patins, raquettes de tennis, souliers de foot, Yvan et Bruno Moret se lancent le défi de la retraite : « J’ai des tonnes de mots croisés à terminer et de nombreuses parties de yass à partager avec les amis et certains de mes autres frangins. Je dois m’entraîner, car c’est pas facile de battre Serge ! », admet-il, amusé. De son côté, Yvan a déjà mis en place les prémices d’une retraite attendue avec sa femme Gisèle, qui fut aussi sa fidèle collègue de travail : « Nous gardons déjà deux jours par semaine nos deux petits-fils. Je vais aussi en profiter pour me remettre sérieusement au sport. » Attention, un participant dangereux pourrait bien se retrouver au départ du prochain Derby de l’Arpille, skis aux pieds… affaire à suivre de près.

Romy Moret

( Oui, l’auteure de ce texte est la nièce d’Yvan et la fille de Bruno : ses liens familiaux ne travestissent toutefois point cet écrit, puisqu’elle s’est efforcée d’y laisser transparaître un maximum d’objectivité 😉)

Commentaires (4)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *