Marie Schoenmann, « enfant-modèle »

Elle respire la fraîcheur, cultive l’innocence, distille le naturel. A 11 ans, Marie Schoenmann est belle. Certes de cette beauté émanant de l’enfance, mais chez elle prometteuse d’autres magnifiques éclosions. Oui elle est franchement, naturellement et indéniablement lumineuse. Mais pas seulement. La jeune fille d’Evionnaz est sportive : du patinage artistique à la pole dance, il n’y a qu’un saut qu’elle effectue élégamment en queue de…sirène. Elle est également photo modèle, avec cette aisance et ce sourire craquant qui d’ordinaire s’acquièrent avec l’expérience mais qui chez elle sont innés. Enfin, ce petit bout d’être à l’orée de la femme a le don supplémentaire de présenter de la facilité à l’école, rendant plus simple son parcours de battante née.

Enjouée, mais pas trop… À 11 ans, Marie sait déjà par cœur et par conviction la manière de maîtriser ce que le destin lui a réservé. Sans chichis, instinctivement agréable et respectueuse, elle aime ce qu’elle fait. Et ça se ressent. Infatigable, son entourage doit parfois réfréner son appétit de faire, de bien faire. Sans pression, Marie patine, nage, danse. D’une patinoire ou d’une piscine à l’autre, dans les salles de pole dance, à l’école, sous les flashs des photographes, Marie se meut avec la puissance de l’évidence, allègrement, car pour elle « c’est normal. ». Curieuse, ouverte à la nouveauté, elle se découvre il y a trois ans une passion pour le patinage artistique qui la mènera à participer à des compétitions dans toute la Suisse romande : « J’adore ça. Cette année, j’ai réussi trois podiums en trois compétitions. » Appliquée, elle peaufine ses chorégraphies, s’entraîne assidûment, enchaîne les figures, qu’elle exécute à l’infini. « Ha bon ? L’entraînement est déjà fini ? » lance-t-elle, étonnée. Car quand on aime, on ne compte pas… les heures. Si elle « adore » le patinage, elle n’en pince pas moins pour la pole dance et la nage en queue de sirène, activités physiques mais toujours artistiques : « La beauté des mouvements me plaît. » Les mots sont précis, sans artifices, simples, comme elle. La passion en effet ne s’explique pas ; elle s’exprime au travers des sens.

Elégance naturelle pour Marie Schoenmann!

Bien encadrée

Marie grandit entourée de ses trois autres frères et soeurs dans sa maison à Evionnaz, aimée, encouragée par ses parents, précieux anges gardiens de sa vie remplie d’activités, mais surtout et avant tout d’enfant. « Nous ne la forçons pas. C’est elle qui émet le désir de pratiquer telle ou telle activité. Souvent, nous devons la freiner. Si on la laissait faire, elle aurait encore d’autres passions ! » Fiers de leur « petite sirène », mais consciencieusement appliqués à ne pas brûler les étapes en bienveillants garde-fous, ils la suivent et la guident inlassablement : «L’organisation est le maître-mot, d’autant plus que nous avons d’autres enfants avec d’autres activités à gérer. » Dire que la famille a une vie bien remplie relève de l’euphémisme, mais cette trajectoire semble en épanouir les acteurs de ce conte de féés. D’une beauté naturelle et pure, Marie se fait repérer à sept ans, à la Foire du Valais : « J’ai fait un shooting, puis mes photos ont été publiées sur le Baby Book, un magazine de mode pour enfants. » L’aventure du mannequinat démarre, l’expérience plaît, puis les opportunités s’enchaînent. De contrats en shootings, la « kid modèle » Marie Schönmann se fabrique gentiment mais sûrement un joli nom dans le milieu. Géré par ses parents, son compte Instagram compte actuellement près de 40’000 followers… Ses fans ne cessent d’augmenter : Marie reste Marie. Simple, belle, passionnée.

Romy Moret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *