Salomé Morand : au cœur de la cause des réfugiés

De retour de la Grèce, Salomé Morand a témoigné de son expérience sur le camp de réfugiés de Lesbos, où elle est restée deux mois bénévolement. La jeune bagnarde a expliqué ce qu’elle a pu entreprendre sur place avec l’organisation A Drop in the Ocean, suite à l’incendie qui a ravagé le camp de Moria en septembre 2020. Elle a évoqué ses prochains projets, mais surtout son espoir de pouvoir sensibiliser la Suisse et les citoyens du Val de Bagnes à la cause des réfugiés alors qu’une récolte de signatures va être lancée dans la commune dans le Cadre du Forum Civique Européen.

Très peu d’accent bagnard, évaporé pendant ses études à Genève, un visage d’ange qui irradie et la parole calme et posée des personnes qui ont déjà de grandes certitudes sur les choses à accomplir. Des explications de la jeune bagnarde ressortent en effet une maturité à la hauteur de ses espérances, point faussées par trop d’utopies : « Je sais que je ne peux pas changer le monde, mais je peux contribuer à mon échelle en essayant d’avoir un impact positif. » Forte de ses idéaux, elle a décidé de les vivre de l’intérieur, afin de mettre son cœur à l’ouvrage : elle est donc partie après des études internationales à Genève faire « quelque chose de concret sur le terrain » : « De octobre à décembre dernier, je suis ainsi partie dans le plus grand camp de réfugiés d’Europe pour travailler de manière volontaire. »

Travailler sur le terrain

« Je ne voulais pas poursuivre mes études encore deux ans sans avoir vécu une expérience concrète directement liée à mon domaine d’études. » Dans le vif du sujet, Salomé a mis en pratique ce qu’elle a appris, les projets mis sur pied par l’organisation A Drop in the Ocean pour laquelle elle a oeuvré, mais surtout ses qualités de cœur : « Sur place, j’ai pu entrer en contact avec les personnes, communiquer, évaluer avec eux leurs besoins. J’ai surtout pu mettre des visages sur les gens pour lesquels les projets sont pensés. » Transformée par cette expérience qu’elle va renouveler, Salomé poursuit dans sa quête d’aide aux réfugiés avec ses moyens, par la sensibilisation et son travail dans les camps : « Je sais qu’ils sont moindres, mais je ne peux pas après ce que j’ai vécu ne pas faire tout ce qui est en mon pouvoir. Même si c’est minuscule. Je suis désormais impliquée. »

« Maintenant j’aimerais essayer avec mes petits moyens de pousser nos autorités communales et la Suisse à accueillir si possible plus de réfugiés chez nous. »

Salomé Morand

 Une pétition en faveur des réfugiés

Dans le cadre du Forum Civique Européen, une poignée de citoyens du Val de Bagnes se mobilise afin de mettre sur pied une collecte de signatures dans la commune en faveur de l’accueil des réfugiés des îles grecques : « Il s’agit pour nous de demander à nos autorités de faire preuve d’ouverture sur la question afin d’accueillir des réfugiés », explique Edwige Perraudin, qui a vu en l’expérience de Salomé une magnifique opportunité d’illustrer de manière concrète la problématique : « De part son expérience personnelle sur place au cœur des événements, elle peut contribuer à apporter un éclairage fort approprié, teinté de vécu et doté de grande empathie sur le sujet. De plus, je trouvais absolument merveilleux qu’une jeune fille de la commune s’investisse de la sorte pour les autres, qu’elle apporte sa contribution et son aide à son échelle. Nous sommes tous très admiratifs de son engagement. »

Romy Moret

Lien vers la campagne :

https://forumcivique.org/fr/artikel/aufruf-an-die-geminden-nehmt-gefluechtete-von-den-griechischen-inseln-auf/

lien vers la récolte de signatures:

https://forms.gle/KGF2yHQSWhbHhFoZ8

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *